Les Ondes Du Routier Index du Forum
 
 
 
Les Ondes Du Routier Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
 



 ···− ·· ···− · ·−·· ·− −·−· ·· −··· ··  

 
Les combines des routiers dans le viseur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Ondes Du Routier Index du Forum -> Le secteur des routiers -> Les News de la route
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
 Pascal
 Pascal Admin.
  
Hors ligne

 Inscrit le: 24 Jan 2010
 Messages: 3 270
 
QRZ: D.M.I.R.18
Indicatif: 14 ODR 001
Prénom: Pascal
Localisation: France
Masculin
Cibiste ?: Oui
Radioamateur ?: SWL
Routier ?: Oui
Véhicule ?: C5 Tourer

 MessagePosté le: Mer 8 Oct - 17:06 (2014)    Sujet du message: Les combines des routiers dans le viseur Répondre en citant

Les combines des routiers dans le viseur
Le 5 octobre à 04h00 par Ismaël Karroum

Derrière des chauffeurs poussés à accumuler les kilomètres, il y a des entreprises prêtes à tout pour décrocher les marchés, optimiser les profits. Photo Majid Bouzzit
Disques trafiqués, alcoolémie, vitesses excessives, matières dangereuses non signalées... En 21 dossiers, le tribunal correctionnel d'Angoulême a fait hier un tour des combines en vogue dans le milieu des routiers qui cheminent sur les RN 10 et 141 en Charente. Des combines que gendarmes et contrôleurs de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) traquent tout au long de l'année, en particulier sur une Nationale 10 qui voit défiler chaque jour 10 000 poids lourds en moyenne avec des pointes à 12 000.
Hier, le tribunal a cogné sur les routiers espagnols, brésiliens, bulgares, hongrois et portugais pris par la patrouille. De 1 500 à 4 500 euros d'amende chacun. Deux mois de prison ferme et une interdiction de circuler en France pendant un an pour l'un d'eux. Plongée dans les grands et petits arrangements avec la loi et la sécurité pour un objectif: rouler, rouler et être encore plus compétitif. Au détriment de la sécurité.
Bidouiller le disque, un vrai sport
Trafiquer le chronotachygraphe, le fameux mouchard des poids lourds, c'est LE sport le plus pratiqué dans le monde des routiers fraudeurs. À force de traquer les délits, le gendarme Lionel Garnaud, motard à l'escadron départemental de sécurité routière (EDSR), est une bible des mécanismes de fraude. «À l'époque du disque mécanique, c'était plus simple», dit-il. 

Il a vu de tout: plombs sautés; étalonnage du disque bidouillé pour faire apparaître une vitesse de 80 km/h lorsque le camion circule à 100; stylets tordus au point de parfois faire apparaître des vitesses négatives; trombones insérés dans l'alimentation du disque pour provoquer un court-circuit et rendre le système inopérant... 

Pour faire taire le mouchard, l'imagination est sans borne. Et le fraudeur pas si bête: «Ils le font surtout la nuit, quand ils savent qu'il y a moins de contrôles.» Le disque enregistre tout: les vitesses en temps réel, les temps de conduite, les temps de repos. Un disque désactivé et un routier peut faire croire qu'il a dormi six heures alors qu'il circulait.

Avec le chronotachygraphe numérique, la tâche des gendarmes s'est compliquée. L'outil est si pointu que les contrôleurs routiers de la Dreal sont indispensables. Première parade des chauffeurs: accoler un bon vieil aimant au niveau de la boîte de vitesses. Le champ magnétique désactive l'enregistreur.
Problème: lorsque le disque, mécanique ou numérique, est bidouillé, le compteur du camion n'enregistre plus le kilométrage. Ce qui peut poser des problèmes pour savoir quand faire la vidange. «Ceux qui font ça posent un second compteur au niveau des essieux pour savoir où ils en sont», décrit le gendarme.
Au point mort pour viser les 150 km/h
Lorsqu'ils ont contrôlé le routier espagnol au printemps dernier à Roullet, les gendarmes ont cru faire erreur. Des pointes fréquentes à plus de 130 km/h, une vitesse record à 155 dans les Pyrénées. Le mouchard n'était pas devenu fou. Le routier a expliqué. «Il prenait de l'élan dans les descentes, puis se mettait en roue libre», décrit Lionel Garnaud. Le poids de la remorque poussait la cabine. Et en avant les pointes! «C'est extrêmement dangereux, grince Serge Cheval, le commandant de l'EDSR. Au point mort, le camion ne peut plus être maîtrisé. Il n'y a plus de freinage, plus de contrôle.» Le routier a pris son amende et son dossier a été transmis à la justice.
Des boîtes spécialistes de l'infraction
«Cette entreprise est multi-infractionniste. Avec les collègues de Charente-Maritime et de la Haute-Vienne, on la connaît par coeur», a dit hier à la barre du tribunal un contrôleur des transports de la Dreal. Dès qu'il voit une remorque de cette entreprise de transports installée au Portugal et qui possède une succursale aux Pays-Bas, l'agent flaire l'infraction. Les faits ne lui donnent pas tort.
Maine-de-Boixe, le 29 septembre 2011. Il scrute le disque d'un routier. «Le disque indiquait qu'il ne roulait que depuis 30 minutes. Or la veille au soir, il était en Hollande. C'était donc impossible.» Le contrôle a duré, duré. «On a établi que sur les vingt-quatre dernières heures, il avait roulé au moins dix-huit heures», dit l'agent, photo des péages à l'appui. Et de dépeindre le tableau noir des combines de l'entreprise: paiement au péage avec des cartes ne correspondant pas à l'immatriculation des camions; documents au nom d'autres chauffeurs que celui qui est au volant. Ce jour-là, le camion a été immobilisé. 

Consignation fixée à 4 500 euros. «Ils sont tellement organisés qu'ils ont une assistante qui ne s'occupe que de ça. En quelques minutes, elle avait effectué le règlement depuis le Portugal», souffle le contrôleur, amer. Hier, l'entreprise a été condamnée à 4 500 euros d'amende. «On demande des condamnations à hauteur des sommes consignées, explique Cyril Vidalie, vice-procureur. Si nous allions au-dessus, nous aurions des difficultés pour récupérer les sommes auprès d'entreprises dont le siège n'est pas en France. C'est aussi pour ça que les consignations sont élevées.»

Dossier suivant. Même entreprise. Le poids lourd transportait des matières inflammables. Sans indication, sans déclaration. «ça leur permet d'emprunter des routes interdites aux matières dangereuses et de rouler à 80 km/h plutôt qu'à 70», révèle le contrôleur de la Dreal; 10 km/h de plus en moyenne, c'est une à deux heures gagnées chaque jour. Problème, en cas d'accident, les secours ne savent pas qu'ils interviennent sur un ensemble explosif. «Si le chauffeur est incarcéré et que rien n'est déclaré, les secours sont susceptibles d'utiliser une scie circulaire. ça fait des étincelles. C'est très dangereux», tempête Cyril Vidalie. Jugement: 4 500 euros d'amende.
Les nouveaux esclaves de la route
Rouler, rouler, rouler. Derrière des chauffeurs poussés à accumuler les kilomètres, il y a des entreprises prêtes à tout pour décrocher les marchés, optimiser les profits. «Tous ces délits, c'est uniquement pour augmenter la rentabilité», note Lionel Garnaud. Il en a vu des chauffeurs le remercier de l'avoir arrêté. «Récemment, un Polonais pleurait en partant et nous remerciait de l'avoir arrêté. Il était épuisé. Grâce au contrôle, il avait pu dormir près de vingt-quatre heures.» 

Sur les routes, au volant des frigorifiques immatriculées en Europe de l'Ouest, les gendarmes tombent de plus en plus souvent sur des routiers ukrainiens, russes.«Employés sous contrat hors Union européenne.» Ils roulent sans cesse, pour 700, 750 euros par mois. Ce sont les nouveaux esclaves de la route. Certains se rebellent. C'est rare. «Mais parfois, un routier nous voit et s'arrête de lui-même en nous demandant de le contrôler parce qu'il n'en peut plus du rythme qu'il subit», dit Lionel Garnaud. Dans le lot, il y a aussi des Français.

2,98 grammes au compteur!

Le 1er novembre 2011, Valeri, un chauffeur bulgare conduisant pour une société portugaise, avait tout faux. Il circulait un jour férié; c'est interdit. Le disque? Désactivé. À Berneuil, il a perdu le contrôle de son poids lourd. Fatigué? Il roulait avec 2,98 grammes d'alcool par litre de sang! 

«Inacceptable», a dit Cyril Vidalie, vice-procureur, à l'audience d'hier du tribunal d'Angoulême. 

Surtout que le routier bulgare âgé de 38 ans avait déjà été condamné à six mois de sursis en 2010 pour conduite en état d'ébriété. Hier, Cyril Vidalie a requis deux mois de prison ferme contre le routier et une interdiction de circuler en France pendant un an. 

Le jugement a été mis en délibéré. Lors de l'instruction du dossier, les déclarations de l'employeur du routier ont été lues: «Je n'ai jamais demandé à mon chauffeur de rouler un jour férié.» La salle a ri.
 Revenir en haut
 Publicité
 
  

 
 
 

 MessagePosté le: Mer 8 Oct - 17:06 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 Revenir en haut
 LeGlod
 
  
Hors ligne

 Inscrit le: 29 Avr 2013
 Messages: 2 338
 
Indicatif: 14 HAM 65-14 ODR 34
Localisation: Montpellier 34
Département: Herault
Masculin
Cibiste ?: J'ai oublier mon QRZ
Radioamateur ?: Non
Routier ?: Non plus .
Véhicule ?: Velo

 MessagePosté le: Ven 10 Oct - 07:57 (2014)    Sujet du message: Les combines des routiers dans le viseur Répondre en citant

Chez moi ca craind en ce moment avec tout les chantier et (les connard pas tous) de chauffard routier qui marche a la rentabilité pour faire le trajet chantier , carriere , ca roule comme des bombes charger ou pas :/
_________________
A l'ecoute de temps en temps sur 27.555 USB
 Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
 Contenu Sponsorisé
 
  

 
 
 

 MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:01 (2017)    Sujet du message: Les combines des routiers dans le viseur

 Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Ondes Du Routier Index du Forum -> Le secteur des routiers -> Les News de la route Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SoftLight created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com